Interviews - Thomas Diepgen


Germany

Concernant votre structure :



  1. Puce Quelle approche éducative avez-vous développée ?

Nous avons une approche collective.


  1. Puce Combien de patients ont intégré votre programme dans votre service ?

Le nombre à dépassé le millier de patients. Je dirais entre quatre et cinq milles. Au départ le projet pilote concerné environ mille patients.


  1. Puce Combien de patients participent aux ateliers d’éducation collective et qui sont-ils (enfants, parents, adultes) ?

Les ateliers sont constitués de 6 personnes (6 enfants ou 6 parents). Les participants varient selon l’âge des patients : de 0-6 ans nous accueillons les parents uniquement, de 6-13 les parents viennent avec leurs enfants et pour les 13-18 ans nous accueillons les patients sans leurs parents. En ce qui concerne la sévérité ; nous fixons un minimum SCORAD de 20, la moyenne étant 40.


  1. Puce Combien de sessions sont organisées et quelle est l’évaluation des patients ?

Il y a 6 sessions de 2 heures. Pendant la période du projet pilote, nous avons évalué la progression des patients après 6 mois et puis après un an. Maintenant que le projet pilote est terminé, nous ne faisons pas ce type de suivi d’une manière systématique.


  1. Puce Combien de membres composant votre équipe participent à ce programme et comment ont-ils été formés ?

L’équipe qui participe au programme est multi disciplinaire. Il y a un dermatologue ou un pédiatre, une infirmière, un psychologue, et un diéteticien. Ils doivent tous être diplômés d’une formation à l’éducation thérapeutique dans le cadre de la dermatite atopique. Vous voyez, la personne qui anime chaque session de 2 heures n’est pas forcement la même, mais il y a toujours au minimum 2 des 3 animateurs qui sont issus de cette formation.


  1. Puce Des dermatologues libéraux participent-ils à votre école de l’atopie ?

Oui, parfois.


  1. Puce Quels sont les liens établis entre l’école de l’atopie et les dermatologues privés ?

Les formations à l’éducation thérapeutique sont ouvertes à tout le monde donc il y a des dermatologues en activité libérale qui y participent dans la perspective d’ouvrir leur propre consultation éducative. Ces formations sont organisées à un niveau régional ; en Baviére, dans l’est de l’Allemagne…


  1. Puce Avez-vous contact avec d’autres équipes d’éducation, particulièrement ceux qui travaillent dans l’asthme et l’allergie alimentaire ?

Oui, nous avons des contacts. Par exemple, les pédiatres qui ont participé à la mise en oeuvre des ateliers de dermatite atopique ont également été impliqués dans le programme éducatif pour les asthmatiques.


  1. Puce Quels sont les principaux objectifs de ces ateliers ?

Oui, alors je dirais que les principaux objectifs sont d’informer les patients sur leur maladie et comment mieux la gérer. Donc il s’agit de reconnaître ce qu’ils peuvent faire en autonomie et quand il faut faire appel au médecin. Par exemple, comment gérer les démangeaisons et les problèmes de sommeil et comment appliquer les crèmes corticoïdes correctement.


  1. Puce Avez-vous un programme comme les PAI en France correspondant à un projet individuel adapté ?

Non.


  1. Puce A côté de l’école de l’atopie, d’autres programmes d’éducation se sont-ils développés dans votre pays et si oui, quelles sont les pathologies concernées ?

Oui nous avons aussi des sessions pour les problèmes fonctionnels (contact dermatitis). Par exemple si une infirmière ou une coiffeuse vient nous voir nous les invitons à faire une formation d’un jour sur leur problème.


  1. Puce Avez-vous des recommandations publiées en Allemagne ?

En fait nous avons été mandatés par l’HAS en Allemagne pour constituer des normes et des recommandations pour l’éducation thérapeutique en Dermatologie. Le ministère a payé pour le programme de développement et les compagnies d’assurance remboursent aux patients le coût des ateliers.


  1. Puce Combien d’équipes actives fonctionnent aujourd’hui en Allemagne ?

C’est difficile à dire mais comme nous avons 6 académies, je dirais qu’il existe environ 30 ‘école d’atopie’.


Merci Thomas Diepgen


Prof. Thomas Diepgen


University Heidelberg

Dept. of Social Medicine, Occupational and Environmental Dermatology Thibautstr. 3

69115 Heidelberg,

Germany.